Gaz Carbonique

La réduction des émissions de CO2 de l’Industrie du Verre d’Emballage est basée sur les efforts cumulés dans trois domaines : recyclage, économies d’énergie et utilisation rationnelle des différentes sources d’énergie.

  • Le recyclage

En supprimant les matières premières carbonatées, chaque tonne de calcin enfournée permet de réduire de 200 kg les émissions de gaz carbonique d’origine minérale fossile. La profession renouvelle ici son implication dans le système français de collecte et de tri, et son engagement sans réserve pour l’objectif, fixé à l’horizon 2002, de recycler 75% du verre d’emballage.

  • L’amélioration du rendement énergétique du procédé

Sous l’impulsion des chocs pétroliers des années 70, la conception des fours verriers a intégré les considérations d’économie d’énergie, ce qui permet à l’industrie française du verre d’emballage de se situer, au plan mondial, au meilleur niveau des performances énergétiques.
Des gains supplémentaires sont encore possibles par le remplacement progressif des fours les moins performants et par une maîtrise optimisée de l’exploitation.
Dans certains cas, la récupération de la chaleur résiduelle des fumées, déjà effective sur certains fours, peut être étendue selon les possibilités réelles d’une utilisation effective de cette énergie sur site ou à proximité, le tout dans des conditions économiques acceptables.

  • L’utilisation des différentes sources d’énergie

L’équipement des fours en système bi-énergie et l’augmentation de la proportion du gaz naturel dans le mix de combustion contribueront aussi à la réduction des émissions de CO2.

Un taux d’utilisation de calcin de 77 % en 2005 et les différentes mesures prises au plan énergétique diminueront de 27 % la quantité de gaz carbonique émise par l’industrie du verre d’emballage.

Réduction des émissions de CO2

Oxydes de Soufre (SOX)

L’installation de systèmes de combustion flexibles gaz-fuel et l’adoption massive de combustibles à faible teneur en soufre permettront d’atteindre- en 2005 – une diminution des émissions d’oxydes de soufre d’au moins 65 %.

Réduction des émissions de SOX

Oxydes d’azote(NOx)

Autre polluant auquel l’industrie du verre d’emballage compte bien s’attaquer en poursuivant et en intensifiant ses recherches et ses investissements pour l’amélioration de la cinétique de la combustion (brûleurs bas-NOx, injection de méthane en aval, etc…).

Toute technologie propre qui apparaîtrait serait prise en compte par l’industrie du verre d’emballage pour approcher la réduction de 60 % de ses émissions d’oxyde d’azote à laquelle elle s’est engagée.

Poussières :

Un programme d’identification des poussières émises par les fours verriers est en cours. Il est suivi de la mise en œuvre d’actions de réduction à la source permettant d’atteindre l’objectif de – 41 % d’émissions en 2005.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *